Sondage : la population est favorable aux services bancaires postaux et s’oppose à la privatisation et à la déréglementation du service postal (Perspective • août 2013)

Partager

Vendredi 16 Août 2013
(Volume 41, numéro 3, août 2013)
 la population est favorable aux services bancaires postaux et s’oppose à la privatisation et à la déréglementation du service postal (Perspective • août 2013)

Selon un sondage commandé par le STTP, la population appuie l’idée que Postes Canada tire des revenus de la prestation de services bancaires.

Près de deux répondants sur trois (63 %) à un sondage mené par la firme Stratcom sont favorables à ce que Postes Canada offre de nouveaux services lucratifs, y compris des services financiers comme le paiement des factures, des services liés aux assurances et des services bancaires.

Le STTP a demandé à Stratcom de mener le sondage dans le but d’alimenter le débat sur l’avenir de Postes Canada.  

Ce débat a commencé en avril dernier quand le Conference Board du Canada a rendu public un rapport, intitulé L’avenir du service postal au Canada, qui propose la réduction des services postaux et le gel ou la diminution des salaires des travailleuses et travailleurs des postes. La Société canadienne des postes a commandé ce rapport en vue de préparer le terrain à d’importantes compressions, comme réduire la fréquence de livraison du courrier à un jour sur deux, remplacer les bureaux de poste de la Société par des comptoirs postaux franchisés et remplacer la livraison à domicile par un service de livraison à des boîtes postales communautaires. (Pour obtenir d’autres renseignements, lire l’article De bonnes raisons de se méfier du rapport du Conference Board, à la page 6.)

En plus de sa collaboration avec le Conference Board, la Société a tenu des réunions sur invitation avec des groupes particuliers et a mené une consultation publique sur son avenir. Cette consultation, essentiellement en ligne, était axée sur les compressions.  

Selon le président national du STTP, Denis Lemelin, « Postes Canada tient une discussion unidimensionnelle sur l’avenir de notre service postal public. Elle n’a pas besoin de faire des compressions parce que d’autres choix s’offrent à elle. »  

Le confrère Lemelin a précisé que la Société pourrait suivre l’exemple d’autres administrations postales en misant sur son réseau et en offrant des services bancaires lucratifs.  

« Les résultats de notre sondage indiquent que la population est favorable à de telles initiatives », d’ajouter le confrère Lemelin  

Le sondage mené par Stratcom révèle que la population ne veut pas de modifications importantes comme la privatisation ou la déréglementation du service postal.  

En effet, 69 % des répondants s’opposent à la privatisation de Postes Canada, tandis que seulement 31 % des répondants se disent en faveur.  

En ce qui concerne la déréglementation, 71 % des répondants s’opposent à la livraison de la poste-lettres par des entreprises privées, tandis que seulement 29 % des répondants se disent en faveur.

Le sondage mené par Stratcom révèle aussi que les appuis en faveur de la déréglementation postale ne sont pas solides. La firme a demandé aux répondants favorables à la déréglementation s’ils changeraient d’avis et s’opposeraient à la livraison de la poste-lettres par des entreprises privées s’ils savaient que l’ouverture à la concurrence empêcherait Postes Canada de maintenir son service de livraison postal à tarif unique partout au Canada.  

Le sondage révèle que plus de la moitié (58 %) des appuis disparaitraient, ce qui signifie que seulement 12 % (29 % au départ) des Canadiens et Canadiennes appuieraient la déréglementation.

Ces résultats sont tirés du sondage en ligne mené à l’échelle nationale par la firme Stracom. Un échantillon représentatif de 1 514 adultes a répondu au sondage pendant la période allant du 24 au 26 mai 2013.