La haute direction de Postes Canada doit s’expliquer

Partager

Jeudi 21 Mai 2015

Pour diffusion immédiate

OTTAWA – La réunion publique annuelle de Postes Canada, qui s’est déroulé aujourd’hui à Ottawa, se voulait être l’occasion « de se renseigner directement auprès des hauts dirigeants de l’entreprise sur les politiques et l’orientation actuelles et futures » de Postes Canada. Cette année, au cours de la réunion publique, des gens qui s’opposent aux compressions imposées au service postal public ont posé des questions difficiles aux membres de la haute direction de Postes Canada.

« Puisque Postes Canada est profitable et qu’elle cherche malgré tout à imposer des réductions massives de service à la population canadienne, on se serait attendu à de meilleures explications », a déclaré Mike Palecek, président national du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), qui a participé à la réunion. « Nous avons plutôt eu droit aux mêmes vieilles rengaines qui ne résistent pas à l’analyse. »

Mike Palecek a mentionné que le président-directeur général de Postes Canada, Deepak Chopra, a été nommé par Stephen Harper et que les compressions imposées au service postal sont en train de devenir un enjeu électoral au palier fédéral en raison de la colère ressentie par une bonne partie des résidents qui ont perdu leur service de livraison à domicile ou leur bureau de poste rural, ou qui n’ont plus accès à des tarifs postaux abordables.

« Pour renverser ces compressions, il faut changer de gouvernement », a affirmé Mike Palecek. « Le gouvernement Harper mène le service postal à la catastrophe. Il faut l’arrêter et le mettre dehors avant que d’autres citoyens ne perdent leurs services. »

Plus tôt cette semaine, le Nouveau Parti démocratique a promis de restaurer le service de livraison à domicile au million de ménages qui l’ont perdu en 2014. Le Syndicat soutient qu’une telle mesure coûtera beaucoup moins cher et sera plus facile à mettre en œuvre que la conversion  de millions d’autres ménages au service de livraison à des boîtes postales centralisées.

Le Syndicat avait encouragé la population à participer à la réunion et à poser, entre autres, les questions suivantes : 

  • Vos prévisions financières se sont avérées erronées. Postes Canada a enregistré des profits, et non des pertes. Comptez-vous revoir les compressions que vous avez imposées en fonction de ces prévisions erronées?
  • Près de 600 municipalités s’opposent aux compressions, et certaines ont même intenté des poursuites judiciaires contre Postes Canada. Elles affirment ne pas avoir été adéquatement consultées. Allez-vous suspendre les compressions tant que vous n’aurez pas tenu de consultations publiques adéquates sur les changements aux services postaux?
  • Les profits réalisés en 2014 ne sont nullement attribuables aux réductions de service. Pourquoi ne pas imposer un moratoire sur les compressions tant que la population n’aura pas été consultée?
  • Les gens ont des préoccupations biens réelles au sujet de la sécurité des boîtes postales communautaires, de la valeur des propriétés et des problèmes d’accessibilité. Pourquoi ne les écoutez-vous pas?
  • La haute direction de Postes Canada est hypertrophiée et ses membres touchent des primes. Pourquoi ne pas avoir tout d’abord effectué des compressions aux plus hauts échelons de l’organisation?
  • Où est l’étude interne de Postes Canada sur les services bancaires? Qu’avez-vous à cacher?

 -30-

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Aalya Ahmad, service des communications du STTP – aahmad@cupw-sttp.org ou 613-327-1177.