Le 22 avril, célébrons le Jour de la Terre

Partager

Mercredi 19 Avril 2017
2015-2019/240

Le 22 avril, Jour de la Terre, nous célébrons cette planète que nous partageons tous. C’est l’occasion de réfléchir et de nous mettre au défi de changer nos habitudes.

Pendant des générations, une soif égoïste de profits a mis en péril la viabilité de la société humaine aux dépens des collectivités, des gens et de l’environnement. Nos enfants et leurs enfants, la faune et toute vie sur terre ont maintenant besoin d’être protégés contre les conséquences de cette cupidité.

Selon certains scientifiques, nous allons de notre vivant faire face à des désastres écologiques de plus en plus importants. C’est déjà le cas dans certaines régions de la planète. On prévoit que des parties croissantes du globe deviendront inhabitables d’ici le milieu du siècle. Cette situation donnera lieu à une intensification des migrations, des guerres, des famines et des conflits. Un avenir sombre nous attend si nous ne prenons pas les mesures qui s’imposent et ne réduisons pas dès maintenant notre empreinte carbone.

Le Jour de la Terre nous rappelle que nous sommes tous liés et que de bons choix s’offrent à nous. Nous ne pouvons plus traiter la planète comme s’il s’agissait d’une vaste poubelle. Nous pouvons nous sevrer de notre dépendance au pétrole, mais pour cela, il faut cesser d’écouter les compagnies pétrolières qui essaient de nous faire croire que sans elles et leurs profits ridicules il ne peut y avoir de prospérité. Alors que certains députés libéraux, favorables aux intérêts des grandes banques, se plaignent de notre régime de retraite autofinancé, le gouvernement subventionne les compagnies pétrolières entreprises à hauteur de 3,5 milliards $ par année!

Mais il y aussi des bonnes nouvelles. En effet, la vaste majorité des pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’accord conclu lors de la 21e Conférence des parties (COP21) tenue à Paris, en 2015. Des villes et des pays favorisent une réduction des émissions de carbone en éliminant progressivement les centrales thermiques au charbon, en faisant la promotion de l’énergie verte et appuyant l’achat de véhicules électriques.

Les peuples autochtones, de concert avec des environnementalistes, des syndicats et bon nombre de personnes extraordinaires, se mobilisent pour mettre fin à l’extraction destructive de pétrole et de gaz.

L’an dernier, notre syndicat a collaboré avec ses alliés à l’élaboration d’une vision verte pour Postes Canada (consultez le site www.collectivitésdurables.ca).

Qu’il s’agisse de mettre en place un réseau de bornes de recharge pour les véhicules électriques ou d’écologiser le parc de véhicules de livraison, nous savons que le service postal, en adoptant des pratiques environnementales, peut contribuer à la transition vers une économie durable grâce à sa vaste portée et à son influence. On peut le faire! En Allemagne, Deutsche Post a fait l’acquisition d’un fabricant de véhicules électriques afin de pouvoir construire ses propres véhicules de livraison électriques.

Il est temps que Postes Canada voie grand et qu’elle « verdisse » ses opérations en collaboration avec le Syndicat et ses membres.

Pour sa part, le STTP a procédé à une évaluation environnementale de ses activités aux paliers national et régional, et il s’est engagé à réduire son empreinte carbone. Nous avons entrepris un long voyage, et nous espérons pouvoir convaincre Postes Canada de nous accompagner.

Joignez-vous à nous. À l’occasion du Jour de la Terre, réfléchissez aux gestes additionnels que vous pouvez poser à la maison, dans votre collectivité et au sein du Syndicat. Faites votre part.

 

Solidarité,

 

Dave Bleakney
2e vice-président national