Non au racisme et au fanatisme

Partager

Mardi 22 Août 2017
2015-2019/269

Au cours de la fin de semaine du 12 août, la population de Charlottesville, en Virginie, et le monde entier ont été témoins de scènes honteuses qui leur ont montré jusqu’où peuvent mener la haine et l’intolérance. Des centaines de néo-nazis, de membres du KKK et de suprématistes blancs sont sortis de l’ombre pour cracher leur venin en plein visage de la démocratie et provoquer les mouvements progressistes.

C’est terrifiant de voir, en 2017, un tel rassemblement de fanatiques brandir fièrement des flambeaux et des drapeaux affichant la croix gammée, symboles d’oppression, de violence et de mort.

Une jeune femme a été assassinée, et de nombreuses autres personnes ont été blessées, toutes au nom de la suprématie blanche. Comme si la population n’était pas déjà suffisamment en colère, le président des États-Unis n’a même pas été en mesure de condamner carrément une telle manifestation de haine et de fanatisme, établissant plutôt de faux parallèles et refusant de décrire ces scènes pour ce qu’elles sont : soit du terrorisme intérieur.

En tant que travailleurs et travailleuses et en tant que syndicat, nous ne pouvons pas demeurer silencieux. Nous devons exprimer haut et fort notre opposition inconditionnelle à la suprématie blanche, à la violence haineuse et au fanatisme. Nous défendons les droits de la personne, nous luttons contre les forces obscures qui tentent de nous monter les uns contre les autres. Quand ces forces sortent de l’ombre, nous devons leur barrer la route, les faire taire et leur montrer notre force et notre unité collectives.

Nous n’allons pas prétendre que cette lutte ne nous concerne pas sous prétexte qu’elle se déroule aux États-Unis. Le Canada n’est pas à l’abri de l’idéologie des suprématistes blancs : son histoire et l’actualité le prouvent. Le pays compte des groupes qui s’appliquent à faire la promotion de la haine et à alimenter nos pires démons.  

Au début de l’année, nous avons été témoins d’un massacre dans une mosquée. L’administration en place aux États-Unis facilite sans doute la tâche à ceux qui propagent la haine, mais n’oublions pas que la haine et les groupes haineux ne s’arrêtent pas aux frontières.

Le Syndicat réitère son engagement envers une société qui respecte les droits de la personne et l’équité pour tous et toutes, où les travailleurs et travailleuses sont en mesure de s’entraider dans l’amour et le respect.

En tant que membres, vous pouvez être un allié de la lutte contre le racisme et le fanatisme en oeuvrant au sein du comité des droits de la personne au palier local ou national afin de soutenir vos confrères et consœurs et vos compagnons et compagnes de travail non binaires en cas de racisme, de sexisme et d’homophobie en milieu de travail. Par ailleurs, vous pouvez vous joindre à des groupes de votre région qui militent pour faire comprendre à ces éléments haineux de la société qu’ils sont du mauvais côté de l’histoire et que leur programme, qui sème la division et la destruction, n’aura jamais gain de cause. 

L’unité de notre force et notre solidarité forment la voie de l’avenir. L’amour et le respect finiront par l’emporter, mais pour qu’il en soit ainsi, nous devons agir en conséquence. Nous devons être plus forts que ceux qui prônent le racisme, la haine et l’oppression.

Solidarité,

Mike Palecek
Président national
Fichier jointTaille
Non au racisme et au fanatisme (pdf)371.16 Ko