Appuyons la lutte des enseignantes et enseignants de l’Ontario contre le gouvernement Ford

Share This

Vendredi 31 Janvier 2020
2019-2023/081

Les enseignantes et enseignants de l’Ontario intensifient leurs moyens de pression au travail dans le but de rétablir, dans le cadre des négociations collectives, les conditions visées par les mesures législatives du gouvernement conservateur de Doug Ford.

La Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEEO) mène une grève du zèle et a recours à une série de grèves tournantes de plus en plus importantes. La Fédération des enseignantes et enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) a retiré des services et entrepris des débrayages d’une journée.

L’Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens a annoncé la tenue, le 4 février prochain, d’une deuxième journée de grève à l’échelle provinciale. Cette semaine, l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) a commencé la deuxième phase de sa campagne de grève du zèle. En octobre dernier, les travailleuses et travailleurs de l’éducation, membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), ont conclu une entente avec le gouvernement provincial. Toutefois, même si le SCFP a alors obtenu un financement pour rétablir les emplois et les services visés par les compressions, les progrès réalisés à cet égard sont minimes, voire inexistants.

Le gouvernement conservateur de Doug Ford a modifié la taille des classes, forcé les élèves du secondaire à suivre une partie de l’apprentissage en ligne et imposé un plafond salarial dans le secteur public avant même d’entamer les négociations avec les syndicats des enseignantes et enseignants. Ces derniers, ainsi que d’autres syndicats, contestent le plafond salarial devant les tribunaux, mais entre-temps ils cherchent à avoir gain de cause à la table de négociation.

Les enseignantes et enseignants demandent au gouvernement d’annuler les compressions, de rétablir la taille des classes et de laisser tomber l’apprentissage en ligne obligatoire. Ils demandent aussi des hausses salariales égales au taux d’inflation. Le gouvernement Ford a plafonné les augmentations de salaire à 1 %, ce qu’il essaie de faire passer pour une hausse salariale, alors qu’une augmentation aussi minime se traduit en fait par une réduction du salaire réel.

La majorité des membres du STTP sont des travailleuses et travailleurs du secteur public. On imagine facilement quelle serait leur réaction si le gouvernement fédéral avait l’audace d’adopter une loi imposant un plafond salarial et d’autres reculs aux conditions de travail avant même le début des négociations.

À l’approche des premières grèves tournantes, le gouvernement provincial a offert un soutien financier aux parents ayant besoin d’un service de garde durant les jours de grève. Rares sont ceux qui ont été bernés par cette tentative cynique d’acheter l’appui des parents, et cette tentative semble s’être retournée contre le gouvernement. Les enseignantes et enseignants défendent le système d’éducation public, et il ne fait aucun doute qu’ils détiennent la supériorité morale dans ce conflit. 

Un grand nombre de parents ontariens réagissent au conflit de travail en appuyant totalement les enseignantes et enseignants et en condamnant les tactiques des conservateurs. Chaque fois qu’un gouvernement s’attaque à la qualité de l’éducation publique, les enseignantes et enseignants se révèlent être les meilleurs défenseurs de leurs élèves.

La lutte menée en Ontario aura une grande incidence sur les parents et sur les travailleuses et travailleurs des services publics d’autres provinces. D’autres gouvernements provinciaux suivent le conflit de travail avec attention.

Lorsque le gouvernement de Doug Ford reviendra à la table de négociation, nous espérons qu’il aura compris l’impopularité de ses mesures. L’appui que vous témoignerez aux syndicats des enseignantes et enseignants leur sera utile.

Le STTP condamne les tentatives du gouvernement Ford de tenir l’avenir de nos enfants en otage. Consultez les sites www.etfo.ca, www.osstf.on.ca/fr-CAwww.catholicteachers.ca et https://aefo.on.ca.

Informez-vous et passez à l’action.

 

Solidarité,

Jan Simpson
Présidente nationale