Déclaration de solidarité du STTP avec le camp des Unist’ot’en et la réoccupation du territoire Wet’suwet’en

Share This

Jeudi 20 Décembre 2018

Le STTP condamne l’injonction visant le camp des Unist’ot’en, et il est solidaire de la réoccupation autochtone du territoire Wet’suwet’en non cédé dans le nord de la Colombie-Britannique, en opposition au gazoduc de Coastal Gaslink. Nous demandons au gouvernement de la Colombie-Britannique de respecter les titres autochtones et de révoquer les permis d’aménagement. Dans la même optique, nous demandons au gouvernement fédéral de retirer le financement qu’il a accordé à cet investissement privé, le plus important de l’histoire du Canada. Au contraire, nous l’exhortons à se comporter respectueusement envers les peuples autochtones, dans l’esprit d’une relation de nation à nation, et à prendre des mesures concrètes pour lutter contre les changements climatiques.

Le STTP a pris l’initiative de proposer une transition verte pour nos services publics, soit de bâtir un avenir qui respecte la terre et les générations à venir. Cet avenir doit respecter les droits des peuples autochtones. Nous demandons à nos camarades du mouvement syndical de se joindre à nous pour exprimer leur solidarité avec le camp des Unist’ot’en, afin de rejeter cette injonction et de mettre fin à l’exploitation pétrolière et gazière des terres Wet’suwet’en. Signez l’engagement d’appuyer le camp unist’ot’en. Aidez à financer la réoccupation et, ensemble, montrons à tous les ordres de gouvernement qu’ils ne peuvent pas bafouer les droits des Autochtones au profit des intérêts privés en matière de pétrole et de gaz.