Le travail de nuit augmente les risques de cancer

Share This

Mercredi 26 Août 2009
Volume 7 • Numéro 1 • Été 2009

De plus en plus de recherches émettent l’hypothèse qu’il existe une relation entre le travail de nuit et le cancer. Plusieurs études d’envergure font état de taux accrus de cancer chez les travailleuses et travailleurs de nuit.

La recherche

Les travailleurs et les travailleuses ayant des horaires de travail atypiques courent plus de risques de développer un cancer que le reste de la population en général. Voilà ce qu’affi rme la recherche parue en décembre 2007 dans The Lancet Oncology Medical Journal par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), qui relève de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Une équipe de 24 scientifi ques a découvert que les horaires de travail atypiques déséquilibrent l’horloge biologique, ce qui serait une des causes de l’apparition de la maladie. Or, l’équipe précise qu’il faudra plus d’études sur cette question pour confi rmer le lien de cause à effet.

Pourtant, une étude effectuée en 2001 présageait déjà ces résultats chez des femmes souffrant d’un cancer du sein. L’étude, qui visait 7 000 Danoises atteintes d’un cancer primitif du sein, a conclu à des résultats inquiétants : le risque de développer un cancer primitif du sein est de 50 % plus élevé chez les femmes âgées entre 30 et 54 ans ayant travaillé de nuit au moins la moitié de l’année que chez celles du même groupe d’âge ayant travaillé de jour. Chez les femmes ayant travaillé de nuit pendant au moins six ans, le risque de développer un cancer primitif du sein grimpe à 70 %. Cette étude avait été publiée dans la revue Epidemiology (janvier 2001, vol. 12, no 1, pages 74-77)....

 

Sommaire

  • Le travail de nuit augmente les risques de cancer - p. 2
  • Des défibrillateurs à Postes Canada - p. 3