Négociations urbaines en cours (Perspective)

Share This

Lundi 20 Décembre 2010
vol 38 no 4 : décembre 2010

Négociations urbaines en coursLes négociations se poursuivent entre le STTP et Postes Canada pour les 48 000 membres de l’unité de l’exploitation urbaine. Ces négociations témoignent de la profonde division qui existe entre le Syndicat et l’employeur. Si les deux parties reconnaissent que Postes Canada devra surmonter d’importantes difficultés en raison de la diminution des volumes de courrier, elles proposent cependant des solutions très différentes pour relever les défis à venir. Nos négociations se déroulent à un moment où les travailleuses et travailleurs des postes voient leurs conditions de travail transformées par le programme de modernisation de l’employeur. De nouvelles machines font leur apparition dans les installations postales, éliminant des emplois, intensifiant les méthodes de travail et diminuant les occasions de roulement des tâches. On assiste à la motorisation des itinéraires de facteurs et factrices. La mise en œuvre du tri séquentiel entraîne une diminution du nombre d’emplois et une augmentation du temps passé à l’extérieur à effectuer la livraison. La méthode de livraison à deux liasses, que Postes Canada s’entête à vouloir nous imposer, occasionne de véritables problèmes de santé et de sécurité à bon nombre de facteurs et factrices. Le Syndicat est déterminé à soulever et à régler ces problèmes dans le cadre du processus de négociation collective. 

 

Démarche positive du Syndicat 

Pour le STTP, la ronde de négociations en cours représente, pour les travailleuses et travailleurs de Postes Canada, une occasion d’obtenir leur part des avantages découlant de l’investissement de 2 milliards $ de Postes Canada dans la nouvelle technologie et les nouvelles méthodes de travail. Le service postal a réalisé des profits au cours des quinze dernières années, et ce, grâce aux travailleuses et travailleurs des postes. Il est temps que ceux-ci obtiennent leur juste part des profits sous forme de hausses salariales, d’avantages sociaux et de conditions de travail améliorées. Nous demandons aussi une équité accrue entre les différents groupes de travailleurs et travailleuses, et entre les employées et employés réguliers et ceux qui occupent un poste temporaire.

Le Syndicat propose que Postes Canada tire davantage profit de son infrastructure pour améliorer les services offerts à la population. Postes Canada possède le plus vaste réseau de comptoirs de vente au détail au pays. Il est temps que la Société suive l’exemple d’autres pays en offrant une gamme accrue de produits dans ses comptoirs de vente au détail, y compris des services bancaires et financiers. L’expansion du service de livraison à domicile permettrait aussi à la population de bénéficier des avantages découlant du programme de modernisation.

La direction de Postes Canada a adopté une démarche très différente de la nôtre. Au lieu de travailler avec le Syndicat, l’employeur cherche à utiliser la situation actuelle pour justifier des attaques contre les droits et les conditions de travail de ces mêmes travailleuses et travailleurs qui ont fait de Postes Canada un des services postaux les plus rentables au monde. Plutôt que de partager les avantages découlant de la modernisation, Postes Canada veut imposer des reculs. Au lieu d’accroître l’équité entre les différents groupes de travailleurs et travailleuses, les propositions de l’employeur ne font qu’amplifier les inégalités et les divisions.

 

Postes Canada doit choisir

Au cours des prochains mois, la direction de Postes Canada peut décider de négocier une convention collective qui veillera à ce que le programme de modernisation soit mis en œuvre tout en respectant la santé et la sécurité des membres. Elle peut accepter de partager les avantages découlant de l’automatisation avec les travailleuses et travailleurs et la population. Ou elle peut maintenir la ligne dure et essayer d’imposer sa volonté au Syndicat et aux membres.

Votre Comité national de négociation est prêt à faire ce qu’il faut pour obtenir une convention collective qui protégera l’avenir de Postes Canada. Il est temps que la direction négocie.