Un an après le congrès national : les membres du STTP jouent un rôle crucial en maintenant le lien entre les collectivités

Share This

Dimanche 17 Mai 2020

Jan Simpson, CUPW National President / Présidente nationale, Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes

L’an passé, à cette période-ci, le congrès national venait de se terminer. J’avais alors écrit que j’entendais respecter les engagements que j’avais pris au congrès, soit de bâtir un syndicat uni, de lutter contre les attaques visant nos membres et d’accroître la mobilisation. Comment aurait-il été possible de prévoir que les membres du STTP joueraient aujourd’hui un rôle aussi crucial et sans précédent auprès de la population? En ces temps de pandémie, les membres prouvent une fois de plus leur engagement profond à fournir un service indispensable.                  

Tous les jours, dans chaque région et dans chaque section locale, les travailleuses et travailleurs des postes livrent dans leur collectivité bien plus que du courrier. En effet, ils apportent aux gens confinés à la maison des messages de leurs proches et des fournitures indispensables. Dans les rues de nos quartiers où la circulation se fait rare depuis des semaines, leur présence est rassurante. De plus, de nombreux membres du STTP organisent des activités de soutien à l’égard de leurs confrères et consœurs du secteur de la santé, dont des caravanes de solidarité devant les établissements de santé. Il s’agit d’une incroyable démonstration de solidarité entre travailleuses et travailleurs de première ligne. Nous sommes tous dans le même bateau!

Il est également important de reconnaître la contribution des membres qui, en coulisses, s’assurent que les colis, les paquets et le courrier parviennent aux familles et à leurs proches. Je lève mon chapeau à vous toutes et tous qui triez et acheminez le courrier, qui vendez des timbres et distribuez à la population les colis annoncés par carte, qui veillez au bon fonctionnement de l’équipement, ou qui gardez les installations propres afin que nous puissions y travailler en toute sécurité. Chaque membre du STTP travaille d’arrache-pied pour veiller à ce que notre important service public reste accessible à tout le monde.

En tant que travailleuse des postes et présidente du STTP, je tire une grande fierté du fait que nos membres continuent d’aider les gens à se sentir connectés en cette période d’isolement et de distanciation sans précédent. Un nombre impressionnant de nos membres veillent à ce que nos collectivités, nos familles et nos amis restent en contact et en sécurité. Il ne s’agit pas uniquement des membres qui travaillent à Postes Canada et qui assurent la prestation de l’important service postal public, mais aussi des nombreux membres des unités de négociation du secteur privé qui jouent un rôle vital dans nos collectivités, comme les répartitrices et répartiteurs de services médicaux d’urgence, le personnel des services d’entretien, les livreuses et livreurs de Foodora, les travailleuses et travailleurs des services urbains fusionnés (SUF) et les messagères et messagers. Chaque membre du STTP fait une différence pendant cette crise en fournissant des services importants à la population.

Les dirigeantes et dirigeants du STTP aux paliers national, régional et local reçoivent de nombreux messages de gratitude qui confirment ce que nous savons déjà, à savoir que les travailleuses et travailleurs des postes assurent un service public important et nécessaire qui nous relie et relie nos collectivités d’un océan à l’autre. Je tiens à ajouter ma voix à ces manifestations de gratitude et à remercier chacune et chacun d’entre vous qui, tous les jours, se présente au travail dans les circonstances les plus difficiles de notre histoire. Nous voulons également exprimer notre solidarité aux membres qui, pour diverses raisons, ne peuvent pas travailler pendant cette période. Nous sommes avec vous et nous continuerons à nous battre pour protéger vos droits et vos avantages.

Soyez rassurés que tous les paliers du Syndicat ne ménagent aucun effort pour protéger vos droits et garantir votre santé et votre sécurité. Voici certains exemples du travail que nous effectuons à cette fin : 

  • Nous tenons des téléconférences avec Postes Canada plusieurs fois par semaine pour obtenir des mises à jour et exercer des pressions sur l’employeur afin qu’il prenne des mesures pour assurer la sécurité de tous les travailleurs et travailleuses.

  • Nous sommes en contact avec les régions afin d’être au courant de tous les problèmes auxquels fait face chaque section locale du pays et pour être en mesure d’en faire part à l’employeur au fur et à mesures qu’ils surviennent.

  • Les membres du Conseil exécutif national se réunissent environ deux fois par semaine pour faire le point sur la situation et discuter de notre stratégie pour l’avenir.

  • Nous avons tenu des webinaires sur la COVID-19.

  • Nous sommes en contact avec d’autres organisations syndicales et avec nos alliés pour prendre connaissance de leurs stratégies et de leurs luttes, et des mesures qu’ils prennent pour protéger leurs membres.

  • Nous nous tenons au courant des mesures prises par les administrations postales et les syndicats des postes du monde entier face à la pandémie de la COVID-19.

  • Au bureau national, nous avons créé une adresse de courriel dédiée spécialement aux questions liées à la COVID-19 : COVID-19@cupw-sttp.org.

  • Nous continuons aussi à préparer les plaidoyers finaux que nous présenterons à l’arbitre McPherson dans le but de conclure de nouvelles conventions collectives pour l’unité urbaine et l’unité des FFRS.

 

Je sais que des travailleuses et travailleurs de l’unité urbaine invoquent la clause 33.13 de la convention collective et exercent leur droit de refus, car ils estiment avoir des motifs raisonnables de croire que l’exécution du travail exigé mettrait en danger leur santé et leur sécurité ou leur bien-être physique, ou risquerait d’exposer une autre personne à un danger semblable. Les FFRS bénéficient du droit de refus prévu à l’article 128 du Code canadien du travail. Les FFRS ont le droit de refuser un travail dangereux s’ils ont des motifs raisonnables de croire que l’exécution de ce travail mettra en danger leur santé ou la santé d’un autre travailleur.  Les membres du STTP du secteur privé ont également des droits aux termes de leurs propres conventions collectives et en vertu des diverses lois provinciales en matière de santé et de sécurité. Des fiches d’information sur le droit de refus se trouvent sur le site Web du STTP. Les dirigeantes et dirigeants des sections locales doivent s’assurer que chaque membre est au courant de son droit de refuser un travail dangereux. Le Syndicat doit aussi offrir un soutien à tout membre qui exerce ce droit.

Les membres du STTP sont une véritable source d’inspiration. Pendant que la population fait sa part en « restant à la maison » pour aplanir la courbe de la COVID-19, nos membres continuent de travailler et d’assurer d’importants services aux collectivités.

L’histoire se souviendra de la période actuelle et de la contribution des membres du STTP.

Faites attention à vous et portez-vous bien! Ensemble, nous parviendrons à traverser cette période difficile.