Des efforts qui rencontrent beaucoup de résistance!

Share This

Jeudi 21 Juillet 2016
2015-2019/152
No 50

Nous avons beau demander à Postes Canada de se présenter à la table de négociation avec l’intention réelle de s’attaquer à nos revendications, mais elle oppose une résistance injustifiée. Nous revenons à la charge, et nous lui rappelons encore et encore que nos revendications sont importantes et qu’elle doit en tenir compte.


Nous tenons fermement à nos principales revendications

Postes Canada ne veut pas régler plusieurs questions non pécuniaires qui nous tiennent à cœur.

La question de la méthode de livraison à liasses multiples doit être résolue. Nous avons proposé une solution qui n’ajoute pas de temps évalué aux itinéraires, mais Postes Canada la rejette. Pourquoi refuse-t-elle de régler cette question qui a des répercussions sur la santé et la sécurité des factrices et facteurs et réduire les heures supplémentaires?

Plutôt que de reconnaître notre revendication proposant d’accroître les services de vente au détail offerts par les membres du STTP, Postes Canada veut être en mesure de fermer 493 points de vente où travaillent nos membres. Elle veut éliminer 1 200 emplois de jour, dont bon nombre sont situés dans de petites collectivités.

Postes Canada pose des conditions déraisonnables qui empêchent les parties de régler la question de l’ancienneté des FFRS. L’ancienneté est un droit syndical fondamental, qui n’a pas d’incidence sur l’employeur. Pourquoi Postes Canada refuse-t-elle de régler cette revendication qui est importante pour les membres FFRS?

Les parties ont passé de nombreuses heures à se renvoyer la balle sur la question des effectifs du groupe 1 (interne) et de l’annexe « P ». Il est temps de régler cette question cruciale pour que les parties puissent se consacrer à d’autres priorités.

Postes Canada a commencé en 2008 à utiliser le logiciel GeoRoute pour réorganiser les itinéraires des factrices et facteurs urbains. Elle l’utilise aussi maintenant pour réorganiser les itinéraires des FFRS. Nous sommes en arbitrage depuis 2008 pour obliger Postes Canada à nous donner le plein accès à GeoRoute, ce qui nous permettrait d’évaluer adéquatement les itinéraires réorganisés.


Il faut que les choses bougent

Les négociations durent depuis un bon moment déjà. Il est temps de faire avancer les choses. Il faut rappeler à l’employeur que le temps presse et qu’il doit accélérer la cadence.       

 

L’heure est aux négociations sérieuses

Sylvain Lapointe
Négociateur en chef de l’unité urbaine
George Floresco
Négociateur en chef de l’unité des FFRS