L’arbitrage se poursuit

Share This

Vendredi 10 Mai 2019
2015-2019/533
no. 77

Nous avons maintenant terminé 12 jours d’audience dans le cadre de l’arbitrage relatif aux négociations collectives.

Jour 10

Durant la 10e journée d’arbitrage, le témoin expert Richard Shillington a témoigné sur la formule de calcul du pourcentage de points de remise desservis des itinéraires de facteurs et factrices de l’unité urbaine. Voici quelques-uns des principaux problèmes relatifs à cette formule :

  • Elle est fondée sur des données qui remontent à plus de 30 ans.
  • Les volumes de courrier ont beaucoup changé, ce qui a une incidence sur le calcul du pourcentage de points de remise desservis.

Jour 11

La 11e journée d’arbitrage a commencé par le témoignage de la consœur Aimee Stewart, membre FFRS de Marmora, en Ontario. La consœur Stewart a parlé des difficultés à trouver quelqu’un pour la remplacer. En plus de ces inconvénients, il faut former cette personne et assumer le coût de cette formation, sans savoir si cette même personne sera disponible au temps opportun ou restera à la fin de la formation

Le 11e journée d’arbitrage s’est terminée par le témoignage de la consœur Barb McMillan, FFRS et membre du comité de négociation. La consœur McMillan a parlé de la rémunération des FFRS, des réorganisations d’itinéraires de la maximisation du nombre d’itinéraires comptant huit heures de travail par jour, et des avantages sociaux à la retraite.

Jour 12

La 12e journée d’arbitrage a commencé par le contre-interrogatoire de la consœur McMillan. Nous avons ensuite présenté la preuve du confrère Brahm Enslin, FFRS de Saskatoon (Saskatchewan). Le confrère Enslin a mentionné qu’il travaille pratiquement tous les jours plus longtemps que le temps prévu à l’annexe A de son itinéraire, mais qu’il n’est pas payé pour effectuer ce travail additionnel.

La 12e journée s’est terminée par le témoignage de la consœur Nancy Beauchamp, FFRS et négociatrice en chef de l’unité des FFRS. La consœur Beauchamp a parlé de la nécessité d’être payé pour toutes les heures travaillées, y compris les heures supplémentaires. Elle a précisé que les heures additionnelles, jusqu’à concurrence de huit heures par jour, devraient ouvrir droit à pension, et que l’employeur devrait suppléer à toutes les absences.

IL EST TEMPS DE NÉGOCIER!

Nancy Beauchamp
Négociatrice en chef, unité des FFRS
Sylvain Lapointe
Négociateur en chef de l’unité urbaine
Fichier jointTaille
L’arbitrage se poursuit (pdf)453.95 Ko