La grève postale de retour à Toronto

Share This

Mardi 13 Novembre 2018

Près de 10 000 travailleuses et travailleurs des postes sur les lignes de piquetage

Pour diffusion immédiate

Ottawa – La grève tournante est de retour à Toronto ce matin. Les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) de la section locale de Toronto et du centre de distribution de York (qui fait partie de la section locale de Scarborough) ont débrayé à 6 h (HE). Ils ont ainsi emboîté le pas aux membres de la section locale de Nova (Nouvelle-Écosse), qui avaient débrayé hier, à 20 h (HA).

Bien que le mandat du médiateur spécial ait pris fin lundi, les parties ont encore des positions très éloignées sur un grand nombre d’enjeux.

« Malgré l’aide soutenue du médiateur au cours de la fin de semaine, Postes Canada refuse toujours de répondre à nos principales revendications en matière de santé et de sécurité, d’effectifs, de surcharge de travail, de sécurité d’emploi, de précarité d’emploi, de salaires équitables et d’équilibre entre travail et vie personnelle, explique Mike Palecek, président national du STTP. Nous demeurons à la table de négociation, et nous sommes prêts à négocier avec Postes Canada, mais nous n’allons pas nous croiser les bras et attendre en silence que l’employeur daigne traiter nos revendications avec sérieux. Cette bataille n’est pas terminée. Nous ne cesserons jamais de nous battre pour obtenir de bonnes conventions collectives équitables pour nos membres. »

L’interdiction de travailler des heures supplémentaires imposée par le STTP aux membres de ses deux principales unités de négociation à Postes Canada demeure elle aussi en vigueur. Quel que soit leur emploi, les membres du STTP doivent s’en tenir à huit heures de travail par jour et à 40 heures par semaine. « La surcharge de travail, les heures supplémentaires et le surmenage sont tous des enjeux importants de la présente ronde de négociations. Tant que Postes Canada refusera de régler ces problèmes, nous prendrons les choses en mains », poursuit M. Palecek.

Les négociations durent depuis près d’un an, et les membres du STTP de l’unité de l’exploitation postale urbaine et de l’unité des factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS) demeurent toujours sans contrat de travail.  

-30-

Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquer avec :

Emilie Tobin, service des communications du STTP, 613-882-2742 ou media@cupw-sttp.org (anglais)
Lise-Lyne Gélineau, présidente, section locale de Montréal du STTP, 514-914-0350 ou  lise‑lyne.gelineau@sttpmtl.com (français).           

Fichier jointTaille
La grève postale de retour à Toronto (pdf)145.46 Ko