Le 8 mars prochain, Journée internationale des femmes : point de départ d’un nouveau mouvement

Share This

Jeudi 2 Mars 2017
2015-2019/228

Osez le changement

La Journée internationale des travailleuses, devenue la Journée internationale des femmes, a été soulignée pour la première fois en mars 1911. Cette année-là, plus d’un million de personnes ont participé à des rassemblements en faveur des droits des femmes et contre la discrimination.      

En 2017, la Journée internationale des femmes s’est donné pour mission de raviver son sens politique premier dans l’ensemble de la société. 

L’arrivée au pouvoir de Donald Trump, les conséquences du néolibéralisme et de l’austérité, la montée des forces fascistes et profascistes partout dans le monde, de même que les effets des changements climatiques et la crise des réfugiés menacent les droits des femmes à bien des niveaux. Bon nombre d’entre nous sont d’avis que nous assistons à la naissance d’un nouveau mouvement féministe.     

Nous avons soutenu de tout cœur les marches de solidarité du 21 janvier dernier tenues au Canada et au Québec, et nous ferons de même le 8 mars prochain, jour où se déroulera « Une journée sans les femmes » (A Day Without a Woman – www.womensmarch.com/womensday)

et la grève internationale des femmes (www.womenstrikeus.org), où les femmes ne feront pas leur travail – qu’il soit payé ou non – afin d’exprimer leur solidarité économique à l’échelle de la planète.

Nous pouvons mettre fin à la violence contre les femmes, nous pouvons travailler pour la justice reproductive, nous pouvons inclure les principes et pratiques féministes dans nos politiques syndicales, et nous pouvons lutter contre la misogynie et l’impérialisme et protéger la planète dont nous dépendons toutes et tous. Mais pour y arriver, nous devons nous unir. Le 8 mars, nous montrerons au monde entier que les femmes sont prêtes à mener ces luttes ensemble.

Entre-temps, au STTP, nous avons entamé pour les FFRS un processus d’équité salariale découlant de la dernière ronde de négociations. Le Comité national des femmes se penche sur différentes questions pour faire en sorte que le service postal, le syndicat et la société soient sécuritaires, sains, inclusifs et équitables pour les femmes et les personnes trans.

Nous allons continuer d’appliquer une analyse hommes-femmes à nos activités et aux questions touchant les lieux de travail, et ce, tant que nous n’aurons pas obtenu l’égalité. Il nous reste encore un long chemin à parcourir, mais il ne fait aucun doute qu’ensemble nous avons la force et la persévérance nécessaires pour aller jusqu’au bout.

 

Solidarité,

Jan Simpson
1ere vice-présidente nationale (2015-2019)
Beverly Collins
Secrétaire-trésorière nationale